Le parcours du combattant

Amary Ngoné Ndack participa surtout aux batailles suivantes :

  • Agnam Tongue1 en Août 1871
  • Pété en 1873
  • Keur Amadou YELLA 20 Juillet 1874
  • Bélél 1874
  • Coki 24 Juliet 1874
  • Thiowane 14 Août 1874
  • Sakh 12 Avril 1874, ou il a été blessé par Yague TINE qui fût par la suite son talibé.
  • Samba SADIO, Jeudi 11 Février 1875

 

La bataille de Thiowane a entrainé la mort d’Ibra Penda BOUYA, lieutenant et messager de Cheikhou Amadou auprès de Lat DIOR pendant la période d’alliance.

 

A la signature du traité entre Lat Dior et les français la tension était devenue très vive entre Cheikhou Amadou BA et Lat DIOR. Le Marabout Tidiane considérait cette signature comme une trahison du Damel

 

 

Dans la cours du Damel

 

Le conseil eut lieu à Khaoula le 12 Janvier 1871 pour rendre compte du traité avec le gouverneur Vallière. Lat Dior assis sur un tapis de laine cadeau de Cheikhou Ahmadou avec dans l’assistance le Cadi Maam Maaram, Amadou Ba Khourédia et Ibra Penda Bouya lieutenant de Cheikhou Amadou qui apportait le message ci-dessus à Lat Dior.

 

« Le Gouverneur a cédé devant tes exigences, ou du moins tu le crois, dit l’envoyé en s’adressant à Lat Dior. Tu as signé le traité. As-tu bien réfléchi ? Si le Gouverneur t’a reconnu comme Damel et t’a rendu le Cayor, c’est qu’il ne pouvait agir autrement !

 

L’armée Française est battue dans son pays (en effet, en 1870 l’armée française avait été encerclée à SEDAN par l’armée prussienne et contrainte à capituler, l’Empereur Napoléon III lui-même avait été fait prisonnier). Il fallait profiter de cette défaite. Cheikhou Amadou pense que tu as laissé passer une grande occasion. Réunies, toutes les forces de l’Islam auraient pu rejeter les Français à la mer ».

 

Ainsi Cheikhou Amadou avait abattu son jeu, quand Ibra Penda prit congé, l’atmosphère était tendue.

 

C’était la rupture.

 

Amadou Cheikhou se trouvait auprès de Baraa, son frère, devenu Bourba Djoloff.  Quand Ibra Penda vint lui rendre compte de sa mission, il entra dans une colère violente.

 

A l’état-major de Saint-Louis avec le gouverneur

« A Saint-Louis également, l’irritation ne cessait de croître. Le problème était bien préoccupant. Le gouverneur M Vallière examinait la situation, entouré de son état-major : si Amadou Cheikhou réalisa ses ambitions, nous allons nous trouver affrontés à un adversaire redoutable. Supposons qu’il réussisse à chasser Lat Dior, Amadou sera alors à la tête d’un vaste empire toucouleur qui s’étendra du Sénégal au Baol, englobant le Djoloff et le Cayor réunis. Jamais Lat Dior n’a disposé d’une base territoriale aussi vaste, et cependant, il a pu nous mettre en échec pendant des années. Notre intérêt est de nous opposer à une telle entreprise. Lat Dior, depuis le traité, ne fomente aucun soulèvement et son attitude, malgré ses réclamations sur le Diander et le Cap-Vert, est parfaitement loyale. Il nous faut intervenir sans plus tarder. En effet, maintenir Lat-Dior sur le trône du Cayor était une garantie pour les Français contre Cheikhou Amadou, dont l’objectif d’islamisation était plus vaste que le trône du Damel. C’est ainsi que Lat Dior accepta l’idée d’une alliance provisoire avec les Français contre Cheikhou Amadou.

 

Rappelons à cet effet, l’alliance celle en 1869 entre Cheikhou Amadou BA et Lat Dior à Mboul par Ibrahima Penda BOUYA introduit par Farba Demba WAR avec un présent d’un magnifique sabre comme symbole de l’alliance.

 

Le sabre avait la poignée incrustée d’or et de rubis dans un étui finement ciselé.

 

C’est ainsi que Lat Dior, appuyé par les troupes françaises du colonel Béguin, remporta la bataille de Samba SADIO le Jeudi 11 Février 1875. L’issue de ce combat qui suscite encore des controverses entre Toucouleurs et Adior, fût fatale à Cheikhou Amadou qui comme El Hadji Oumar Foutiyou fût tué à Samba SADIO – jamais en effet on ne retrouva son corps parmi les cadavres qui jonchaient le champ de bataille.

 

Sur le chemin du retour, Amary Ngoné séjourne à Tague Wary NEW, puis à Pouroum NDARY de Khaly Omar FALL et à DIAYANE où on lui donne la main de Sokhna Penda MBAYE et de Rokhaya GUEYE.